Juin 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Sondage

trouvez vous le forum plus facile d'accès?

100% 100% [ 2 ]
0% 0% [ 0 ]
0% 0% [ 0 ]
0% 0% [ 0 ]
0% 0% [ 0 ]

Total des votes : 2

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Les indigné-e-s d'aujourd'hui sont-ils/elles les héritiers de ceux d'hier ?

Aller en bas

Les indigné-e-s d'aujourd'hui sont-ils/elles les héritiers de ceux d'hier ?

Message par Alex le Ven 9 Déc - 0:05

Après une maturation d'une quinzaine d'années au sein de l'Association internationale des Travailleurs (AIT), appelée depuis Première Internationale, le mouvement anarchiste nait le 22 mai 1881 en tant que "parti" anarchiste autonome dont le programme et les méthodes d'actions se différencient nettement de ceux des autres courants socialistes. Pendant une longue période, des groupes locaux s'organisent, "se cherchent", sans fédéralisme régional, national ou international. Ces groupes sont désorganisés et fonctionnent sur le principe de la propagande par le fait. Ces groupes se sont donnés plusieurs noms selon les différentes phases du mouvement:
- Phase idyllique : le Cercle de la fleur et de la Concorde (Vaucluse) ; le Cercle de l'union des ouvriers (Amiens)...
- Durcissement de la lutte (1884) : les Indignés ! (Vienne), les Insurgés, la Panthère et les Misérables (Paris) , l'Affamé, la Haine (Bordeaux), les Terribles (La Ciotat), la Guerre sociale (Toulon).
- Période plus calme : les Watrineurs (Aveyron), les Trimardeurs, l'Avant-garde ou encore Groupe d'étude sociale, etc.
(cf. Jean Maitron - Le Mouvement anarchiste en France - Des origines à 1914 - Gallimard)

Alex

Messages : 42
Date d'inscription : 10/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les indigné-e-s d'aujourd'hui sont-ils/elles les héritiers de ceux d'hier ?

Message par eden.sb le Ven 9 Déc - 14:00

Oui, l'histoire permet de se rendre compte d’à quel point on tourne (au mieux) en rond, en fait on recule.

(dans l'absolu, on manque d'informations croisables sur ce qui se situe en matière de cultures et surtout de connaissances de tout ce qui se situe a -18k années, mais les dernières 3 milles années laissent déjà une intéressante ouverture quant a la difficulté qu'il y a pour faire évoluer l'humanité, ceci hélas étant directement lié au nombre d'individu ?)

Si jamais, le bouquin m'intéresse, a voir au prochain contact si tu l'a fini et qu'il est a porté ?
avatar
eden.sb
Admin

Messages : 177
Date d'inscription : 10/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les indigné-e-s d'aujourd'hui sont-ils/elles les héritiers de ceux d'hier ?

Message par phil le Ven 9 Déc - 14:32

J'ai ce livre aussi si Alex ne peut pas te le donner tout de suite. Il serait en effet temps que les indigné-e-s de tout horizon se rendent compte que les idées qu'on veut défendre sont celles propagées par les libertaires depuis un siècle.
avatar
phil

Messages : 73
Date d'inscription : 11/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les indigné-e-s d'aujourd'hui sont-ils/elles les héritiers de ceux d'hier ?

Message par Maïté de Gallifrey le Ven 9 Déc - 15:40

Libertaire : définition dans un dico : Personne partisane d'une liberté absolue

Je ne suis pas pour la liberté absolue, il faut des règles dans une société.

Donc je ne suis pas d'accord avec la mention 'les idées qu'on veut défendre sont celles propagées par les libertaires' ou alors je comprends que je ne suis pas une indignée.

Maïté de Gallifrey

Messages : 164
Date d'inscription : 09/11/2011
Localisation : Mulhouse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les indigné-e-s d'aujourd'hui sont-ils/elles les héritiers de ceux d'hier ?

Message par phil le Ven 9 Déc - 15:45

Je parle de "libertaire" au sens politique, équivalent à "anarchiste". Les groupes anarchistes depuis la fin du 19 eme siècle défendent les idées que les Indigné-e-s évoquent aujourd'hui.

Pour ce qui est des règles, aucun groupe anarchiste ne revendique une société sans règle.C'est très mal les connaitre. L'une des devises anarchiste, c'est bien que "l'anarchie, c'est l'ordre moins le pouvoir". Mais c'est un autre débat.
avatar
phil

Messages : 73
Date d'inscription : 11/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les indigné-e-s d'aujourd'hui sont-ils/elles les héritiers de ceux d'hier ?

Message par Maïté de Gallifrey le Ven 9 Déc - 15:53

Je ne connais pas les thèses anarchistes. Quand je ne connais pas un mot, je regarde dans le dico.

Dixit redicitonnaire : anarchie : Conception politique qui prône la suppression de l'Etat, l'indépendance de l'invidu vis-à-vis de toute contrainte étatique

Ben je ne suis pas pour la suppression de l'Etat.

Et non je n'ais pas le temps de lire des bouquins sur l'anarchie et oui j'assume mon ignorance Razz

Les indignés n'ont pas juste une idée mais des idées. La principale étant une réelle démocratie. Pour l'instant nous n'en sommes que là.
J'ai rencontré des indignés de droite, de gauche, de beaucoup de tendances différentes qui réclamaient plus de démocratie et de justice, au delà de toute idéologie.

Je ne souhaite vraiment pas qu'on fasse le raccourdi indignés = libertaires ou anarchistes

Maïté de Gallifrey

Messages : 164
Date d'inscription : 09/11/2011
Localisation : Mulhouse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les indigné-e-s d'aujourd'hui sont-ils/elles les héritiers de ceux d'hier ?

Message par phil le Ven 9 Déc - 15:59

Une réelle démocratie en gardant l'Etat? Comment c'est possible?
avatar
phil

Messages : 73
Date d'inscription : 11/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les indigné-e-s d'aujourd'hui sont-ils/elles les héritiers de ceux d'hier ?

Message par phil le Ven 9 Déc - 16:04

Maïté de Gallifrey a écrit:J

Les indignés n'ont pas juste une idée mais des idées. La principale étant une réelle démocratie. Pour l'instant nous n'en sommes que là.
J'ai rencontré des indignés de droite, de gauche, de beaucoup de tendances différentes qui réclamaient plus de démocratie et de justice, au delà de toute idéologie.

Ok. Comment on s'y prend? J'ai vraiment du mal avec le concept d'indignés que je découvre au fur et à mesure. Parce que je ne comprends pas.
avatar
phil

Messages : 73
Date d'inscription : 11/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les indigné-e-s d'aujourd'hui sont-ils/elles les héritiers de ceux d'hier ?

Message par Maïté de Gallifrey le Ven 9 Déc - 16:13

Ben c'est que justement qu'il n'y a pas vraiment de concept Razz

Ca en fait une vraie richesse. Des gens n'ayant pas du tout les même idées d'origine font un constat : le peuple n'a plus le pouvoir.

Donc on veut une vraie démocratie et accessoirement plus de justice.

Même des personnes à tendance capitaliste peuvent être indignée car elles constatent qu'en effet il y a quelque chose qui ne va pas.

Maïté de Gallifrey

Messages : 164
Date d'inscription : 09/11/2011
Localisation : Mulhouse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les indigné-e-s d'aujourd'hui sont-ils/elles les héritiers de ceux d'hier ?

Message par Alex le Ven 9 Déc - 18:32

Maïté,

Pas nécessaire de lire des livres sur l'Anarchisme" pour avoir du bon sens! La littérature, c'est un loisir avant tout!

Cependant...

Une "réelle démocratie" ne peut exister qu'en dehors d'un système autoritaire :

La plus haute autorité, c'est l'état, la monarchie, la théocratie... en manigance avec la finance...

Les élu-e-s, même celles et ceux des petits partis de la gauche "de gauche"- à leur insu peut-être, comme c'est le cas aujourd'hui au Vénézuela avec Hugo Chavez par exemple- ont une mission, dictée par l'argent : protéger le capital, s'assurant pour la plupart, leur carrière de ministre, député-e... favorisant ainsi les plus riches et les gens de pouvoir. C'est un milieu très fermé : ces fameux 1%là ont tout!. Ont-ils envie de perdre leurs privilèges?

Dans un tel panier de crabe, comment imaginer un jour, que les décisions soient prises par le peuple, du bas vers le haut? c'est délicat! A moins que cette minorité dominante, disiposée à une extrême bonté, décide de partager ses richesses, ses pouvoirs avec les moins remarquables 99% qui bouffent les miettes et qui exécutent les ordres du "patron". C'est pas une utopie ça?

Il est certainement plus crédible de dire : le pouvoir : de l'état, de l'argent, d'achat, des un-e-s sur les autres : on en veut plus! Débarrassons-nous en! Les gens peuvent s'organiser eux-mêmes, économiquement et localement, en fédérant en régions, nationalement...

Et seulement là, on parlera d 'égalité sociale, de liberté, de "démocratie" réelle.

Bisou

Alex

Alex

Messages : 42
Date d'inscription : 10/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les indigné-e-s d'aujourd'hui sont-ils/elles les héritiers de ceux d'hier ?

Message par phil le Ven 9 Déc - 20:07

Merci Alex d'avoir eu le temps de rédiger une belle réponse. Je partage complètement cet avis.

Je trouve par ailleurs qu'il faut arrêter d'avoir le cul entre deux chaises : être indigné (à juste titre) du sort réservé aux immigrés mais défendre l'idée d'Etat et donc de frontières. Etre indigné par le système démocratique actuel mais continuer à le soutenir par les élections (oui, c'est le seul moyen de le soutenir). Ce sont deux exemples parmi plein d'autres.

avatar
phil

Messages : 73
Date d'inscription : 11/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les indigné-e-s d'aujourd'hui sont-ils/elles les héritiers de ceux d'hier ?

Message par lidex le Sam 10 Déc - 13:35

Je voudrais apporter mon point de vue à cette discussion que je trouve très intéressante sur le mouvement des indigné-e-s.
Comme toi Maïté, je ne suis pas anarchiste, bien que de plus en plus sensible aux idées de ce mouvement. Pendant longtemps j'ai cru aux pouvoir des urnes. J'ai cru que nos élus pouvaient nous représenter (pourtant, je travaille depuis des années pour des collectivités territoriales et je constate de l'intérieur que ce n'est pas le cas !). Plus jeune, je votais les verts, puis extrême gauche. Puis j'ai commencé à ne plus voter au 2e tour, sauf une fois : contre Le Pen (et donc pour Chirac) : Quelle belle connerie !
Aujourd'hui, je ne sais pas encore si je voterai au premier tour de l'élection présidentielle.
D'un côté, j'ai pas envie de revoir Sarko monter sur le trône et je voudrais donner un message clair à la droite. Si on ne vote pas, c'est la droite qui passera, car eux ils votent ! Ils se foutent complètement des abstentions et des votes blanc.
De l'autre côté, si je ne vote pas, j'exprime mon désaccord avec leurs politiques. Alors que même si je vote Parti de gauche ou NPA (ce sont des éventualités), de toute façon, ils n'arriveront pas au pouvoir et s'ils y arrivent est-ce qu'ils ont le pouvoir de changer le système ? Je ne crois pas. Ce sont les banques et les grands patrons qui ont le pouvoir. De problème du boycott des urnes, c'est l'interprétation qui en est faite dans les médias : "les gens se désintéressent " lit-on dans la presse qui continue de parler de "la gauche" en parlant du parti socialiste ! Ils continuent de dire qu'on a le choix, et ça m'énerve !

Passé ce constat, je reviens sur le mouvement des indigné-es.
Oui Maïté, on trouve toute sorte de gens dans les indigné-es. Je pense même qu'on peux trouver des « indigné-es » chez les militants du FN qui s'indignent surement de voir trop d'étrangers à leur goût en France. Bref, on a tous des raison de s'indigner, même des mauvaises...

Alors une fois qu'on s'est bien indigné, qu'est-ce qu'on fait ? Qu'est ce qu'on propose ? Et là, il va bien falloir être concret... et c'est là que ça se complique !
Une réelle démocratie : d'accord ! Mais comment ? Il y a des élections, non ? Régionales, municipales, cantonales, présidentielles, prud'hommales... C'est pas ça qui manque. Dans la ville où où je travaille, il y a des conseils de quartier, des concertations sur les grands projets... mais le budget communication permet de préparer les esprits et de convaincre aisément avec de jolies plaquettes (je sais c'est moi qui les fait !) et des arguments bien pensés... et puis, qui participent à ces réunions ? Toujours les mêmes... et les décisions finales : qui c'est qui les prennent ?
Alors une réelle démocratie, c'est quoi ?
Commençons par la base : Dans une entreprise par exemple moi j'aimerais bien que tous les ouvriers, techniciens, cadres... soient propriétaires de leurs outils de travail, tous à égalité. 1 homme/femme = 1 voix. Chacun participe aux décisions, les postes peuvent tourner. Par ce que c'est pas parce que tu as du fric au départ que tu as le droit d'exploiter les autres. Dans ce cas-là, toute délocalisation est exclue.
Dans une commune : le Maire décide souvent seul « pour le bien commun », quelle lourde responsabilité pour un seul homme ! Que sais-il du bien commun ? Que connait-il de la réalité quotidienne de la plupart des gens ? Lui qui est déjà médecin ou avocat, qui roule en voiture de fonction avec chauffeur, qui ne paie pas sa place au théâtre, qui ne connait pas le prix d'une baguette de pain, et à qui tout le monde fait des courbettes à longueur de journée parce qu'il distribue des subventions aux associations, parce qu'il fait travailler les entreprises de travaux publics et plein d'autres...

Bref, je me rend compte qu'il y a du bon dans les idées libertaires. L'anarchie c'est pas les punks à chien. J'ai entendu une phrase très juste de Jesaispluqui Jeneséplusoù, qui disait quelque chose comme : la liberté c'est pas pour les fainéants, c'est beaucoup de travail, si on se laisse aller devant la télé, on n'est pas libre. Faut bosser, pour pouvoir être libre. Et je me rends compte que les idées anarchistes ne sont pas au « pouvoir » parce qu'on est tous (je m'inclus dedans) une bande de fainéants qui préférons déléguer le boulot à des élus. Et ces élus en profitent bien pour se servir grassement !

Alors moi j'aimerais encore croire aux élections, mais ce serait croire au père Noël ! Les élus sont élus parce qu'ils ont de l'influence, par ce qu'ils aiment le pouvoir et veulent préserver leurs propres intérêts. J'aimerais aussi voir les idées libertaires être appliquées un jour, pourquoi pas ? Mais pour que ça marche finalement, il faudrait que l'homme ait la sagesse qu'il n'a pas, pour être capable d'inventer une société équitable, et pour faire quelque chose de bien avec sa liberté.
Bref, on est dans la merde pale
Lidex

lidex

Messages : 76
Date d'inscription : 10/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les indigné-e-s d'aujourd'hui sont-ils/elles les héritiers de ceux d'hier ?

Message par Troska le Sam 10 Déc - 22:02

Maïté de Gallifrey a écrit:Même des personnes à tendance capitaliste peuvent être indignée car elles constatent qu'en effet il y a quelque chose qui ne va pas.
On ouvre le mouvement aux traders et aux banquiers maintenant ? affraid
avatar
Troska

Messages : 10
Date d'inscription : 29/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les indigné-e-s d'aujourd'hui sont-ils/elles les héritiers de ceux d'hier ?

Message par lidex le Dim 11 Déc - 21:35

Dans le Monde diplomatique de décembre, il y a un article qui peut apporter de l'eau au moulin de cette discussion, il est intitulé "L'utopie réalisée de la Commune".
"Changer la politique, instaurer l'égalité entre hommes et femmes, inventer un nouveau mode de gouvernement, faire participer les citoyens... répétés jusqu'à saturation au point de sembler vides de sens, ces mots d'ordre furent longtemps appuyés par les forces du mouvement ouvrier. En 1871, le peuple parisien insurgé leur donnait une signification concrète."
ça, c'est le chapeau, pour la suite, il faut lire le diplo ! study

lidex

Messages : 76
Date d'inscription : 10/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les indigné-e-s d'aujourd'hui sont-ils/elles les héritiers de ceux d'hier ?

Message par lidex le Lun 12 Déc - 13:58

Et quand j'entends Attali qui dit texto que la dette c'est la faute du peuple parce que le peuple a élu ceux qui ont endetté le pays, ça me donne vraiment pas envie de leur faire confiance et de voter ! Evil or Very Mad

https://www.youtube.com/watch?v=1ug2wAja2R8

lidex

Messages : 76
Date d'inscription : 10/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les indigné-e-s d'aujourd'hui sont-ils/elles les héritiers de ceux d'hier ?

Message par Maïté de Gallifrey le Lun 12 Déc - 16:55

rooooooo, mais je n'ai pas le temps de lire tout ça Embarassed

Maïté de Gallifrey

Messages : 164
Date d'inscription : 09/11/2011
Localisation : Mulhouse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les indigné-e-s d'aujourd'hui sont-ils/elles les héritiers de ceux d'hier ?

Message par Alex le Lun 12 Déc - 22:13

J'aime bien ce que tu as dit, Lydie, euh Lydex, ma chérie. Wink

Alex


Alex

Messages : 42
Date d'inscription : 10/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les indigné-e-s d'aujourd'hui sont-ils/elles les héritiers de ceux d'hier ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum